Patricia Smart, Les femmes du Refus global, Montréal, Boréal, 1998, 320 p.

Patricia Smart, Les femmes du Refus global, Montréal, Boréal, 1998, 320 p.

  • Auteur(e): Lucille Beaudry
  • Dossier: Hors-dossier
  • Type: Compte rendu

Extrait

L’année qui s’achève n’a eu de cesse de célébrer le cinquantième anniversaire de la publication du manifeste Refus global (1948) du groupe des artistes automatistes, sous l’égide de Paul-Émile Borduas. Nombre d’activités, colloques, conférences, expositions, films et publications ont à plus d’un titre souligné l’apport exceptionnel de ces artistes tant à l’histoire de l’art au Québec qu’à la société québécoise tout entière. En effet, dans l’histoire de l’art au Québec, le mouvement des Automatistes incarne d’une certaine manière le prototype de l’avant-garde à la fois sur le plan formaliste et sur le plan des idées sociales et politiques. Son importance tient assurément de cette conjonction inédite au Québec entre l’efficacité sociopolitique des idées et le bouleversement des critères d’appréciation esthétique que ce mouvement imprègne.

Consulter l'article (via Érudit)