Paul Triquet et la Croix de Victoria au Québec

Paul Triquet et la Croix de Victoria au Québec

  • Auteur(e): John MacFarlane
  • Dossier: La Deuxième Guerre mondiale à l’étude (1ère partie)
  • Type: Article

Extrait

Dans les études au sujet de la Deuxième Guerre mondiale, il y a celles traitant des groupes et les autres s’intéressant aux individus. Desmond Morton, dans l’introduction de son excellent livre Billet pour le front, note que « les guerres sont des phénomènes collectifs », ce que les ouvrages reflètent en général ; mais il ajoute que ces masses « sont composées d’individus dont chacun répond à des motivations et connaît des joies, des peurs et des tragédies qui lui sont propres ». C’est l’étude d’un individu qui nous intéresse ici et, à travers ses joies, ses peurs et ses tragédies, nous pouvons mieux comprendre plusieurs éléments importants d’une société en guerre. La Croix de Victoria, nommée ainsi en l’honneur de la reine Victoria qui l’avait crée en 1856, est la plus haute décoration militaire pour bravoure au sein du Commonwealth britannique. Paul Triquet fut le deuxième parmi seize Canadiens à l’avoir gagnée pendant la Deuxième Guerre mondiale et il va sans dire que sa vie en a soudainement été changée. Pour tous les décorés de cette médaille, il y avait les moments de joie, les parades et les bières gratuites, mais il y avait aussi les attentes. Le titre de « héros » est lourd à porter. 

Consulter l'article (via Érudit)