À propos de l’ouvrage d’Alexandre Lanoix Historica et compagnie. L’enseignement de l’histoire au service de l’unité canadienne, 1867-2007, Montréal, Lux, coll. « Histoire politique », 2007, 141 p.

À propos de l’ouvrage d’Alexandre Lanoix Historica et compagnie. L’enseignement de l’histoire au service de l’unité canadienne, 1867-2007, Montréal, Lux, coll. « Histoire politique », 2007, 141 p.

  • Auteur(e): Julien Prud'Homme
  • Dossier: Hors-dossier
  • Type: Débat

Extrait

L’adoption, en 2007, du nouveau programme d’histoire et éducation à la citoyenneté au secondaire soulève des enjeux politiques qui débordent le seul affrontement entre nationalistes québécois et canadiens. Il est urgent de s’en rendre compte. Involontairement, peut-être, Alexandre Lanoix, grâce à son ouvrage Historica et compagnie, nous y convie utilement. En documentant, de manière fort pertinente, la persistance au Canada anglais du projet séculaire (mais inégalement répandu) d’écrire une histoire nationale enfin unifiée, Lanoix fait œuvre utile en exposant les rouages des avatars les plus récents de cette entreprise, comme les produits de la fondation privée Historica dont sont notamment issues les fameuses Minutes du patrimoine. Il s’agit là, en soi, d’une importante contribution. Mais le petit livre de Lanoix suscite aussi la curiosité pour une autre raison, incidente : en discréditant l’esprit propagandiste d’Historica, il l’oppose à celui des nouveaux programmes d’histoire dont il se fait de manière récurrente, à cette occasion, le défenseur affiché. 

Consulter l'article (via Érudit)