Mary Anne Poutanen, Une histoire sociale de la prostitution. Montréal, 1800-1850, Traduit de l’anglais par Hélène Paré, Montréal, Éditions du Remue-Ménage, 2020, 496 p.

Auteur(e): Julie Francoeur
Dossier: Hors-Dossier
Type: Compte rendu

Extrait

Malgré quelques publications sur les femmes de lettres ou sur la sociabilité de certaines figures bourgeoises emblématiques comme Julie Bruneau- Papineau, l’histoire des femmes au Québec manque cruellement d’études sur les milieux populaires ou sur les femmes marginalisées au début du XIXe siècle. Cette traduction par Hélène Paré de Beyond Brutal Passions : Prostitution in Early Nineteenth-Century Montreal, étude tirée de la thèse de doctorat de l’autrice, Mary Anne Poutanen, parue en 2020, contribue à combler ce silence historiographique. L’approche sociale mettant l’accent sur les expériences quotidiennes des présumées prostituées est privilégiée par l’autrice pour traiter de l’histoire du commerce sexuel. Poutanen espère détacher son étude des tendances historiographiques assez dominantes jusqu’à présent dans l’histoire de la prostitution, développant pour leur part l’analyse des valeurs bourgeoises à l’origine de la construction idéologique du phénomène et de la conception politique de la répression de la prostitution. Poutanen s’intéresse aux femmes qui ont pratiqué la prostitution comme métier ou à l’occasion – selon leurs besoins économiques –, à leurs modèles de sociabilité, à leur place dans le tissu humain urbain, à leurs recours juridiques, à leurs résistances face à l’imposition d’un certain modèle sexuel et à leur place dans les archives, entre autres.

Consulter l'article (via Érudit)


Imprimer