François-Olivier Dorais et Jean-François Laniel, L’autre moitié de la modernité. Conversations avec Joseph Yvon Thériault, Québec, Presses de l’Université Laval, 2020, 360 p.

Auteur(e): Gilles Bourque
Dossier: Hors-dossier
Type: Compte rendu

Extrait

Je ne saurais dire si Joseph Yvon Thériault est un «grand homme » comme l’avancent François-Olivier Dorais et Jean-François Laniel qui orchestrent de main de maître cette conversation sur l’œuvre de leur interlocuteur. Dès notre première rencontre au début des années 1980, alors même que nous étions éloignés au niveau théorique et analytique, j’ai à tout le moins reconnu en lui un être humain d’une très grande convivialité. J’ai fini par soupçonner avec le temps que cette sorte d’affinité que je ressentais presque spontanément en sa présence résultait peut-être, à une génération de distance, du partage de cultures premières cousines, son père ouvrier spécialisé à Caraquet, mon grand-père agriculteur à Caplan près de Bonaventure. Je sais aussi que Joseph Yvon Thériault, sociologue d’exception, est le plus grand spécialiste des francophonies canadiennes, lui qui peut se réclamer d’une connaissance approfondie de la sociologie historique des nations acadienne et québécoise.

 

Consulter en ligne (via Érudit) 


Imprimer