Geneviève Zubrzycki, Jean-Baptiste décapité. Nationalisme, religion et sécularisme au Québec, Montréal, Boréal, 2020, 290 p

Auteur(e): Lucia Ferretti
Dossier: Hors-dossier
Type: Compte rendu

Extrait

Dans les années 1960, dit Zubrzycki, les Canadiens français du Québec se sont redéfinis en Québécois. Pour arracher d’eux-mêmes leur ancienne identité, il leur fallait jeter leur religion aux orties. Car la religion était le «squelette» (10) des Canadiens français, ce qui les tenait comme corps national. Après 1960, elle est devenue le «membre fantôme » (10, 19) d’un peuple qui s’est volontairement amputé d’une partie de lui-même. Or, comme tout membre fantôme, la religion catholique fait encore mal aux Québécois, peuple désormais infirme.

 

Consulter en ligne (via Érudit)

 


Imprimer