Louis-Antoine Dessaulles, Paris illuminé: le sombre exil. Lettres 1878-1895. Texte établi avec introduction et notes par Georges Aubin et Yvan Lamonde, Québec, Presses de l’Université Laval, 2019, 262 p

Auteur(e): Gilles Laporte
Dossier: Hors-dossier
Type: Compte rendu

Extrait

Louis-Antoine Dessaulles (1818-1895) joue un rôle essentiel dans l’œuvre d’Yvan Lamonde qui lui consacre d’ailleurs de nombreux autres écrits. Depuis plusieurs années et au fil des essais, l’historien des idées défriche et balise un axe épistémologique consistant à prouver l’existence depuis deux siècles d’une tradition intellectuelle ininterrompue conjuguant libéralisme, anticléricalisme, républicanisme et nationalisme. Dans cette quête, nul doute que le parcours de Dessaulles apparaît particulièrement précieux. Fils du seigneur de Saint-Hyacinthe, neveu de Papineau qu’il idolâtre, le jeune papineauiste se campe ensuite en pur rouge, fidèle au programme libéral de 1854, soutenant jusqu’au bout l’Institut canadien contre Mgr Bourget et portant haut et fier la part républicaine et anticléricale de l’héritage patriote, convaincu que libéralisme et nationalisme demeurent compatibles.

Consultation en ligne via Érudit à venir 


Imprimer