Québec : my country, mon pays (2016)

Auteur(e): Jean-Philippe Carlos
Dossier: Hors-dossier
Type: Chronique de cinéma politique

Extrait

La montée du mouvement nationaliste et la démocratisation de l’idée indépendantiste dans le Québec des années 1960 ont sans contredit approfondi le fossé entre les collectivités francophones et anglophones de la province. Entre les actions éclatantes du Front de libération du Québec (FLQ), les revendications souverainistes du Parti québécois (PQ) et l’émergence d’une culture francophone forte et originale, les Anglo-Québécoises et les Anglo-Québécois se sont vus progressivement mis à l’écart de la communauté nationale québécoise. C’est dans ce contexte particulier que le cinéaste John Walker a voulu cerner de quelle manière le mouvement indépendantiste a contribué à l’exode de plus d’un demi-million de citoyennes et de citoyens québécois anglophones depuis les débuts de la Révolution tranquille. Son objectif: comprendre les motivations des individus qui ont quitté le Québec, mais aussi cerner les défis qui se dressent encore aujourd’hui du point de vue de la cohabitation entre francophones et anglophones. En résumé, le documentaire présente un récit de l’évolution des relations entre la communauté anglophone du Québec, la communauté francophone et les différents gouvernements qui se sont succédé depuis les années 1960. 

Consulter en ligne (via Érudit) 


Imprimer