Les périls de la moralisation ou comment «l’épistémologie woke » veut réécrire l’histoire

Auteur(e): Yves Gingras et Thierry Nootens
Dossier: Hors-dossier
Type: Idées

Extrait

Le texte de Geneviève Dorais, «Racisme anti-noir et suprématie blanche au Québec : déceler le mythe de la démocratie raciale dans l’écriture de l’histoire nationale», paru dans le numéro 29.1 (automne 2020) du BHP n’a pas été sans susciter des réactions. Nous publions dans ce numéro un texte signé Yves Gingras et Thierry Nootens, et un autre, de Jean-Philippe Warren. Nous avons donné, comme il se doit, le droit de réponse à Geneviève Dorais. Bonne lecture !

Le texte intitulé «Racisme anti-noir et suprématie blanche au Québec : déceler le mythe de la démocratie raciale dans l’écriture de l’histoire nationale » paru dans un récent numéro du Bulletin d’histoire politique mérite réponse et exige une analyse détaillée, en raison de ses dérives rhétoriques et accusatrices. Nous pensons en effet que ce genre de texte constitue une régression dans les méthodes argumentatives et même quant aux règles éthiques qui définissent la recherche historique et qui assurent des échanges sereins entre les membres de toute communauté scientifique.

Consulter en ligne (via Érudit) 


Imprimer