La négociation des frontières de la communauté politique québécoise aux audiences publiques de la Commission de l’unité canadienne à Montréal (1977-1979)

Auteur(e): Antoine Brousseau Desaulniers
Dossier: La commission Pepin-Robarts, quarante ans après
Type: Article

Résumé

Ce texte se veut une étude de la pensée des acteurs de la société civile québécoise impliqués dans les débats constitutionnels des années 1970, plus particulièrement lors des audiences publiques de la Commission de l’unité canadienne (Commission Pepin-Robarts, 1977-1979) à Montréal. Les valeurs et représentations qui sont énoncées par les individus et groupes à cette occasion traduisent les nuances de leur pensée constitutionnelle, et il en découle une position précise sur le régime politique auquel devrait souscrire le Québec, avec ou sans le reste du Canada. Bien souvent, et surtout en ce qui concerne les groupes autochtones et ceux issus des communautés culturelles, la nature de ces valeurs et représentations — et des positions constitutionnelles qui en découlent — s’inscrit en contradiction avec celles portées par les principales forces souverainistes et fédéralistes québécoises. L’auteur y voit les germes d’un changement de la culture politique québécoise qui prendra des années à se concrétiser

Consulter en ligne (via Érudit) 


Imprimer