Page couverture du BHP

Steve Marti, For Home and Empire. Voluntary Mobilisation in Australia, Canada, and New Zealand during the First World War, Vancouver, UBC Press, 2019, 201 p.

Auteur(e): Mourad Djebabla
Dossier: Hors Dossier
Type: Compte rendu

Extrait

Avec son étude For Home and Empire, Steve Marti s’inscrit dans le courant historiographique actuel de la Première Guerre mondiale (mis en valeur lors du centenaire), à savoir une approche transnationale. Et c’est là l’un des premiers intérêts de cet ouvrage : une étude comparative de la Grande Guerre au sein de l’Empire britannique, entre les dominions du Canada, d’Australie et de Nouvelle-Zélande.

Cette étude concerne l’espace du front domestique et des non-combattants. Dans le cadre de la guerre totale entre 1914 et 1918, toutes les ressources nationales et impériales étaient exploitées pour soutenir les armes des combattants au front. De cet espace, le fil conducteur de l’historien est l’effort de guerre local des populations civiles. En répondant à la question « pourquoi les civils des dominions participent-ils à l’effort de guerre ? », l’historien démontre que les motivations sont fort complexes au sein des dominions lorsqu’est prise en compte leur réalité multiculturelle : population de souche, minorités culturelles, immigrants plus récents, population de couleur, Autochtones. Pour chacun de ces groupes, les raisons de leur participation à l’effort de guerre répondent, selon l’auteur, à cette même volonté de détacher leur contribution de la masse mobilisée à l’échelle impériale : le local veut demeurer visible.

Consulter l'article (via Érudit)

Imprimer