Page couverture du BHP

Hugues Théorêt, La presse canadienne-française et l’extrême droite européenne, 1918-1945, Montréal, Septentrion, 2018, 334 p.

Auteur(e): Maxime Trottier
Dossier: Hors dossier
Type: Compte rendu

Extrait

Voilà un titre qui n’est pas sans rappeler les travaux dirigés jadis par Fernand Dumont, Jean Hamelin et Jean-Paul Montminy sur les idéologies au Canada français, travaux qui ont formé toute une (sinon deux) génération d’historiens et historiennes au Québec. Avec le présent ouvrage, bien qu’il ne s’en réclame pas ouvertement, Hugues Théorêt reprend pour l’essentiel le même credo en investissant journaux et revues afin de cartographier un pan du paysage intellectuel québécois du XXe siècle.

Pour se faire, l’historien a constitué un corpus de 690 textes tirés parmi vingt publications de l’époque qui, selon lui, reflètent « l’ensemble du spectre idéologique du Canada français de l’entre-deux-guerres » (p. 13). De ce corpus, Théorêt désire analyser « la circulation des discours entourant les droites radicales européennes » (p. 12), celles incarnées par les dictatures de Mussolini, d’Hitler, de Franco et de Salazar. Grosso modo, il s’agit d’examiner comment les journalistes d’ici ont réagi à l’avènement des régimes autoritaires en Europe et quelles ont été les modalités de réception des journaux canadiens-français devant ces projets de société.

Consulter l'article (via Érudit)


Imprimer