Amélie Bourbeau, Techniciens de l’organisation sociale. La réorganisation de l’assistance catholique à Montréal (1930-1974), Montréal et Kingston, McGill-Queen’s University Press, 2015, 295 p.

Auteur(e): Julien Prud’homme
Dossier: Hors-dossier
Type: Compte rendu

 

Extrait

 L’ouvrage d’Amélie Bourbeau, tiré d’une thèse primée en 2010, raconte l’ambitieux effort de rationalisation qui transfigure le monde de la charité à Montréal au milieu du XXe siècle. Le propos du livre est important: après 1930, des hommes d’affaires pilotent la bureaucratisation et la professionnalisation des organismes de charité, selon un modèle entrepreneurial inspiré de la grande entreprise, «sous l’œil de l’Église et de l’État, mais sans dépendre de l’un ou de l’autre» (p. 4). Ce modèle de charité à la fois moderne et privée s’impose assez vite, puis connaît une obsolescence accélérée durant la Révolution tranquille, avant de s’effacer devant la seconde rationalisation qu’est l’étatisation de l’aide sociale dans les années 1970.

Consulter l'article (via Érudit)


Imprimer