Une génération spontanée ? Analyse socio-historique du comportement politique des générations X et Y

Auteur(e): Catherine Côté
Dossier: Discours politiques et mobilisations citoyennes
Type: Note de recherche

Extrait

Depuis les années 1960, nous avons connu une hausse constante de tous les indicateurs de ce qu’on peut appeler le «désenchantement politique». À leur apogée au tournant des années 2000, ces indicateurs ont atteint depuis une sorte de plateau, marquant ainsi l’importance de la désaffiliation partisane, de la baisse de participation électorale et de la perte de confiance envers les institutions et représentants politiques. Ce phénomène est d’autant plus troublant qu’il correspond à une période où les citoyens n’ont jamais été aussi éduqués et informés. En effet, pendant plusieurs décennies, de nombreuses recherches ont démontré que des niveaux d’éducation plus élevés correspondaient à un plus grand intérêt pour la politique et, de là, à une plus grande participation électorale. Or les nouvelles générations sont plus éduquées que les précédentes, mais ce sont également celles dont les taux de participation électorale sont les plus bas, et ce, dans la plupart des démocraties électorales.

Consulter l'article (via Érudit)


Imprimer