Gaston Deschênes, Le mouvement patriote sur la Côte-du-Sud, La Pocatière, Société d’histoire de la Côte-du-Sud, 2015, Coll. « Les cahiers d’histoire », no. 27, 137 p.

Auteur(e): Gilles Laporte
Dossier: Hors-dossier
Type: Compte rendu

Extrait

 De tous les genres à propos des rébellions patriotes de 1837-1838, l’histoire régionale est sans doute le plus instructif et celui qui vieillit le mieux. Passons vite sur les fictions qui ont parfois le génie de restituer le climat d’une époque, mais qui souffrent généralement des inclinations d’écrivains mus par de bons sentiments. Après l’héroïsme picaresque des Fréchette, Verne, Daveluy ou Rochebrune, on est passé à la lutte de classes si chère à Roland Lepage et Louis Caron, puis à la veine féminine et intimiste, inaugurée par Anne Hébert et poursuivie avec succès par Micheline Lachance ou Anne-Marie Sicotte2 . Plus que tout autre genre à propos des patriotes, la fiction trahit les préoccupations contemporaines des auteurs et leur désir légitime de conjuguer au présent les enjeux de 1837.

Consulter l'article (via Érudit)


Imprimer