Michel Bock et François Charbonneau (dir.), Le siècle du Règlement 17 : Regards sur une crise scolaire et nationale, Sudbury, Éditions Prises de parole, 2015, 460 p.

Auteur(e): Robert J. Talbot
Dossier: Hors-dossier
Type: Compte rendu

 

Extrait

Au mois de février, la première ministre de l’Ontario Kathleen Wynne a présenté les excuses officielles de sa province pour l’infâme Règlement 17. Promulgué en 1912, le règlement avait virtuellement banni l’usage du français comme langue d’instruction dans les écoles financées de fonds publics. En vigueur pendant quinze années, il est effectivement abandonné en 1927, après une lutte concertée. Cette période, connue comme la «Crise du Règlement 17», aura mobilisé les Franco-ontariens comme jamais auparavant, et c’est pourquoi certains la considèrent comme un «moment fondateur» pour ce peuple. En fait, c’était un moment d’immense importance pour le pays tout entier, alors secoué par une série de crises scolaires mettant en jeu l’enseignement en français de ses minorités canadiennes-françaises. Dans la longue crise scolaire canadienne prenant place depuis les années 1870, l’épisode ontarien soulignait avec force le clivage séparant les différentes conceptions du Canada et de la dualité linguistique. 

Consulter l'article (via Érudit)


Imprimer