La Panique financière de 1819 et les patriotes de 1837 : nouveau regard sur le rapprochement anglo-américain et la « démocratie jacksonienne »

Auteur(e): Jason M. Opal et Julien Mauduit
Dossier: Patriotisme et économie durant les Rébellions de 1837-1938
Type: Annonce

 

Extrait

À la fin de l’année 1837, les patriotes canadiens ainsi que leurs soutiens dans les États républicains voisins pensaient que le gouvernement des États-Unis les soutiendrait dans leur lutte. Au Haut-Canada, durant le printemps, William Lyon MacKenzie joignait à ses habituelles harangues contre l’Empire britannique des vues enivrantes sur un avenir américain. Il s’enthousiasmait: «Si cette province et le Bas-Canada étaient un État de la grande Union voisine, on verrait partout augmenter la valeur de la propriété, la population doublerait à quelques années d’intervalle, [et] nous aurions toujours de bons marchés. »

Consulter l'article (via Érudit)


Imprimer