Artisans et ouvriers à l’époque des revendications démocratiques et nationalitaires du Parti patriote dans le Bas-Canada, 1832-1838 : un rendez-vous manqué avec l’histoire ?

Auteur(e): Robert Tremblay
Dossier: Patriotisme et économie durant les Rébellions de 1837-1938
Type: Article

 

Extrait

Depuis les travaux d’Albert Soboul et de George Rudé qui montraient que la foule des « sans-culottes » qui avait pris d’assaut les rues de Paris durant la Révolution française n’était pas composée de canailles, ni de criminels ou d’assassins, mais plutôt d’artisans respectables et de ménagères du peuple tout aussi honorables, on a souvent fait l’erreur de postuler qu’il existait un pacte implicite qui faisait des classes populaires urbaines les alliés naturels de la révolution démocratique bourgeoise. Reste à savoir si, en ce domaine, la Révolution française a valeur de modèle, à l’aune duquel il faudrait évaluer tous les autres mouvements qui ont tenté de reconfigurer la société et les institutions politiques sur de nouvelles bases démocratiques au XIXe siècle. Le cas français ne serait-il pas unique en son genre ? Quoi qu’il en soit, la question mérite d’être posée.

Consulter l'article (via Érudit)


Imprimer