Bruno Jean (dir.), Le BAEQ revisité : un nouveau regard sur la première expérience de développement régional au Québec, Québec, Presses de l’Université Laval, 2016, 215 p.

Auteur(e): Pierre-André Savard
Dossier: Hors-dossier
Type: Compte rendu

Extrait

L’histoire de l’aménagement territorial du Québec a été marquée par l’expérience du Bureau d’aménagement de l’Est-du-Québec (BAEQ) dans les années 1960 et 1970. L’ouvrage collectif dirigé par le sociologue Bruno Jean propose une relecture de cet épisode[1]. Le titre de l’ouvrage énonce l’objectif central : revisiter, voire réhabiliter, l’expérience et l’héritage du BAEQ en matière de développement régional. Les auteurs défendent la thèse selon laquelle le plan de développement du BAEQ a été efficient à l’égard du relèvement socio-économique du Bas-Saint-Laurent et de la Gaspésie. Leur démarche s’appuie sur un triple constat. Premièrement, les travaux sur le sujet se sont surtout penchés sur la période post-BAEQ ainsi qu’aux mouvements sociaux des années 1970 dans l’est de la province. L’organisme et ses recommandations ont ainsi été peu étudiés. Deuxièmement, le directeur de l’ouvrage déboulonne un mythe quant au statut de l’organisme : celui-ci n’était pas un organe gouvernemental, mais une corporation privée sans but lucratif. Il devait produire et proposer un plan de développement et non pas exécuter des actions concrètes d’aménagement du territoire. Troisièmement, Bruno Jean souligne judicieusement que l’histoire n’a retenu de cette entreprise que la fermeture de dix paroisses de l’arrière-pays gaspésien. Ce collectif propose donc une relecture du BAEQ articulée sur le rapport entre le plan de développement de l’organisme présenté au gouvernement provincial et les réalisations concrètes exécutées subséquemment.

Consulter l'article (via Érudit)


Imprimer