La République de Marcel Chaput

Auteur(e): Éric Bédard
Dossier: Hors-dossier
Type: Article

Extrait

Au fil des années, une véritable « école républicaine » a vu le jour en sciences sociales au Québec, alimentée, entre autres, par les travaux de Stéphane Kelly, Marc Chevrier, Louis-Georges Harvey et Danic Parenteau. Avec De la République en Amérique française. Anthologie pédagogique des discours républicains au Québec, 1703-1967[2], les principaux artisans de cette école ont voulu montrer que, tout au long de notre histoire politique et intellectuelle, certains thèmes chers aux républicains – la souveraineté du peuple, la lutte à la corruption, l’éducation civique – furent non seulement considérés, mais débattus, discutés, défendus par nombre de politiciens, de journalistes et d’intellectuels canadiens-français. Cette anthologie « pédagogique », expliquait-on dans l’introduction, « vise à faire connaître une troisième voie politique, à côté des voies libérale et conservatrice[3] ». Contrairement à ce qu’avait laissé voir l’historiographie traditionnelle, le monde des idées ne se départageait pas seulement entre les modernistes libéraux, convaincus que les sociétés étaient avant tout des agrégats d’intérêts, peu intéressés par la question du régime, et leurs vis-à-vis conservateurs, traditionalistes, ultramontains, attachés aux hiérarchies d’Ancien Régime, au respect d’autorités consacrées par l’histoire.

Consulter l'article (via Érudit) 


Imprimer