1940, la conscription (2e partie)

Auteur(e): Yves Tremblay
Dossier: Hors-dossier
Type: Chronique d'histoire militaire

 

Extrait

Est-ce que l’agitation toute relative des leaders nationalistes canadiens-français comptait vraiment dans la fabrique de l’opinion publique, par exemple les déclarations d’un Camillien Houde ou celles d’un René Chaloult, évoquées dans la première partie de cet article ? Si on étudiait sérieusement les événements de 1940, ce qu’à mon avis on n’a pas encore fait[1], on se poserait plutôt une question comme celle-ci : comment les appelés et leurs proches ont-ils réagi ? C’est une question difficile, car il est toujours plus compliqué de sonder le coeur des masses que celui de leurs élites. Les favorisés se représentent dans les journaux, et font représentation de ce qu’ils croient que les « autres » pensent[2], alors que ces autres avaient des moyens d’expression plus limités. Mais ils en avaient.

Consulter l'article (via Érudit)


Imprimer