« Redonner à la langue française sa place normale » : déploiement d’une réflexion critique sur le bilinguisme chez Joseph-Papin Archambault, s.j. (1917-1922)

Auteur(e): Harold Bérubé
Dossier: Le projet du bilinguisme canadien : histoire, utopie et réalisation
Type: Article

Extrait 

Le bilinguisme comme enjeu politique est surtout associé, avec raison, aux années 1960 et aux grandes manoeuvres qui amènent le gouvernement fédéral à légiférer sur cette question à la toute fin de la décennie[1]. Les évènements qui conduisent à l’adoption de la Loi sur les langues officielles (1969) s’inscrivent toutefois dans le temps long et sont, jusqu’à un certain point, l’aboutissement de conflits, de tensions et de réflexions qui s’accumulent aux quatre coins du Dominion depuis la fin du XIXe siècle, voire depuis sa création. Dans cet article, je propose de remonter en amont du bilinguisme comme projet politique fédéral pour me pencher sur l’un de ceux qui contribuent à l’articulation d’une réflexion critique sur la question au début du XXe siècle, le jésuite Joseph-Papin Archambault.

Consulter l'article (via Érudit)


Imprimer