Page couverture du BHP

La mémoire comme tradition vivante

Auteur(e): Joseph Yvon Thériault
Dossier: Monuments et mémoire
Type: Idées

Extrait

Dans les débats entourant les enjeux de la mémoire, le déboulonnage des statues et des monuments, le changement de nom des rues, ou encore l’éviction de personnages historiques des manuels scolaires, je remarque une polarisation excessive. Il me semble que la chose est pourtant moins complexe qu’il n’y paraît, puisqu’elle peut se résumer en une opposition entre deux tendances. La thèse que je voudrais défendre ici est donc relativement simple. Deux postures circulent aujourd’hui tentant de circonscrire le champ mémoriel. Par champ mémoriel, j’entends, comme il est maintenant convenu, les usages publics de l’histoire dans la construction des représentations sociales, à la différence de l’histoire proprement dite qui serait la reconstruction du passé par l’usage des méthodes des sciences humaines. Je reviendrai dans le texte sur la distinction entre histoire et mémoire, car elle est en effet au centre du débat que je veux éclairer.

Consulter l'article (via Érudit)


Imprimer