Page couverture du BHP

Entre la fascination du mythe et le travail de l’historien: Michel Biard et Hervé Leuwers (dir.), Danton. Le mythe et l’Histoire, Paris, Armand Colin, 2016, 240 p.

Auteur(e): Christian Legault
Type: Note de lecture

Extrait

Il est indéniable que le genre biographique a repris son envol depuis les dernières décennies. Peut-on en revanche qualifier ce retour de nuisible à la discipline historique ? Cet ouvrage collectif – réunissant 14 contributions provenant de 16 historiens et historiennes – dirigé par Michel Biard, professeur d’histoire moderne à l’Université de Rouen et président de la Société des études robespierristes, ainsi qu’Hervé Leuwers, professeur d’histoire moderne à l’Université Lille-3 et directeur des Annales historiques de la Révolution française, rend compte de la complexité de Danton comme acteur de la Révolution française et d’une certaine ambiguïté à distinguer l’homme du mythe. À défaut d’offrir une nouvelle biographie, l’objectif est plutôt de proposer des « éclairages ponctuels » sur la vie de George Jacques Danton. Tout comme Robespierre et Marat, Danton soulève encore aujourd’hui le débat et la controverse. Biard et Leuwers posent d’ailleurs la question en introduction : « Qui était-il vraiment ? Le courage incarné, l’homme de toutes les audaces, ou un pleutre se réfugiant à Arcis-sur-Aube au moindre danger ?[1]» Entre les multiples facettes de sa personnalité, qui vont de l’avocat aux Conseils du roi au chef des Cordeliers, en passant par le révolutionnaire intransigeant, le « responsable » des massacres de septembre 1792 et le « corrompu », l’étude de Danton soulève de nombreuses interrogations sur la place des grands hommes politiques dans l’historiographie de la Révolution française. Cette note de lecture souhaite donc revenir sur les ambivalences du personnage, tout en proposant une réflexion explorant la relation entre l’histoire et la mémoire autour de la figure de Danton. En terminant, il s’agira de s’interroger sur la place qu’occupe l’étude des grands hommes dans la discipline historique.

Consulter l'article (via Érudit)


Imprimer